Les membres de 2050Aujourd'hui

Mission permanente de la Suisse

Empreinte carbone et émissions par champ d'application

Cette empreinte carbone prend en compte les émissions rapportées générées par les activités de l’institution sur une année et elle a été établie selon les normes internationales par Climate Services. La mobilité prend en considération les déplacements professionnels et les trajets pendulaires (sur la base d’un sondage). L’impact CO2 découlant de l’alimentation comprend la restauration de l’institution et la consommation individuelle (sur la base d’un sondage) durant les heures de travail. Néanmoins, les données collectées auprès des membres de 2050Aujourd’hui, qui déterminent l’empreinte carbone de chaque institution, ne sont pas encore entièrement normalisées ni absolument complètes. La collecte des données est progressivement harmonisée et améliorée. Par conséquent, les comparaisons directes entre tCO2 / employé entre les institutions – que ce soit en général ou par secteur – ne sont pas encore possibles ni pertinentes.

 

Selon la norme ISO 14064, la répartition des émissions se fait par champs d’application.

Le champ d’application 1 (scope 1) représente les émissions directes liées à la consommation de combustibles fossiles.

Le champ d’application 2 (scope 2) représente les émissions de l’énergie achetée.

Le champ d’application 3 (scope 3) représente les émissions indirectes générées par les biens ou services achetés.

 

Le poids de cette empreinte carbone

Si nous devions donner un poids concret à cette empreinte carbone, elle représenterait le poids du nombre suivant d’éléphants :

(poids moyen par éléphant : 5’000 kilos)

52 Eléphants

La vitesse à laquelle la nature peut absorber cette quantité de CO2

Cette quantité de CO2 a été émise en un an. Combien de cèdres centenaires faut-il pour absorber cette empreinte carbone dans le même laps de temps ?

(un cèdre centenaire absorbe en moyenne 25 kg de CO2 par an)

10 520 cèdres sont nécessaires

Notre contribution à l'action climatique

La Mission permanente de la Suisse intègre à tous les domaines de son action l’importance de réduire l’empreinte carbone de son fonctionnement. Différentes mesures sont ainsi mises en œuvre pour assurer des impacts positifs dans la réduction des émissions de CO2. Ces mesures se réfèrent à l’ensemble des secteurs qui déterminent l’empreinte carbone découlant des activités de la Mission que ce soit l’énergie, la mobilité, l’alimentation, le recyclage et la réduction des déchets, ainsi que les nouveaux équipements.

Dans le cadre des réceptions et des événements organisés par la Mission, des menus végétariens ainsi que l’utilisation de produits locaux et de saison sont mis en avant. L’utilisation de bouteilles en plastique a été réduite au minimum, au profit de récipients en verre ou en carton. Le personnel de la Mission est aussi encouragé à adopter une pratique réductrice d’émissions pour la consommation individuelle durant le temps de travail.

La Mission promeut l’utilisation de la mobilité douce pour les déplacements urbains, comme les transports publics, les vélos, les vélos électriques et la marche. Des vélos électriques sont mis à disposition pour les déplacements professionnels. Avec le retour à une situation normalisée, le télétravail continuera d’être mise en œuvre à temps partiel pour réduire les trajets pendulaires. Pour la participation à des évènements à l’étranger, la Mission demande à ses membres de prendre en considération l’impact des émissions de CO2. En conformité avec la politique de réduction des vols établie par l’administration fédérale suisse, l’usage du train est la priorité lors de déplacements en Europe.

La Mission a mis en place des centres de tri assurant ainsi un meilleur recyclage et réduisant la proportion de déchets. Tous les membres sont invités à limiter au minimum les impressions de documents et à privilégier l’envoi et la réception en format électronique.

Ce site Web utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site Web.