Les membres 2050Aujourd’hui

ICVA – International Council of Voluntary Agencies

Institution signataire de la Charte 2050Aujourd'hui

Contribution à l'action climatique

L’ICVA s’engage à être une organisation environnementalement responsable. Le conseil d’administration de l’ICVA a adopté une politique environnementale en 2019 pour souligner cet engagement. Le secrétariat de l’ICVA reconnaît que ses opérations quotidiennes ont un impact sur l’environnement de plusieurs manières et s’engage à minimiser les effets potentiellement nuisibles de ses activités partout et chaque fois que possible. Cette politique établit des pratiques et des lignes directrices pour que l’ICVA réduise efficacement l’empreinte carbone et autres impacts environnementaux de ses activités tout en opérant avec un budget limité. Chaque membre du personnel est responsable et redevable de sa contribution à la réduction de l’empreinte carbone du secrétariat de l’ICVA.

Actions thématiques

Alimentation

En ce qui concerne l’alimentation, l’ICVA privilégie les options végétariennes lors de ses événements et porte une attention particulière à l’origine et aux conditions de production des produits.

Énergie

Le secrétariat de l’ICVA s’efforcera de passer à un fournisseur d’énergie capable d’offrir 100 % d’énergie renouvelable à Genève d’ici 2030. De plus, pour économiser de l’énergie et des coûts, le personnel du secrétariat de l’ICVA est invité à suivre les instructions ci-dessous :
• Éteindre les lumières, les climatiseurs et le chauffage dans les pièces inutilisées, surtout dans les salles de réunion.
• Mettre les ordinateurs du personnel en « mode économie d’énergie » pour minimiser le gaspillage d’énergie.
• Éteindre les imprimantes chaque soir.
• Débrancher les prises des ordinateurs lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
• Utiliser le cycle écologique sur le lave-vaisselle.

Gestion des déchets

L’ICVA pratique le tri des déchets et minimise sa consommation de plastique au strict minimum. De plus, lors de ses événements, l’utilisation de vaisselle réutilisable est privilégiée.

Mobilité

Dans le domaine de la mobilité, l’ICVA met en œuvre une série de mesures. Tout d’abord, les déplacements de six heures ou moins doivent être effectués en train ou en bus si les mesures de sécurité sont assurées. De plus, tout en reconnaissant l’importance des contacts personnels et du dialogue en face à face, le secrétariat de l’ICVA s’efforce de minimiser le nombre de déplacements et de trouver les itinéraires aériens les plus respectueux de l’environnement lors de la planification des voyages. Le fournisseur de voyages de l’ICVA est conscient de la politique environnementale et s’efforce de réserver des vols ayant le plus faible impact environnemental. Les conférences vidéo et les téléconférences sont également utilisées chaque fois que possible pour réduire le nombre de déplacements. L’objectif de l’ICVA est de réduire les voyages aériens du personnel de 30 % d’ici 2025 par rapport à 2019.

Empreinte carbone et émissions par champ d'application

La méthodologie de mesure des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 2050Aujourd’hui suit le Protocole des GES. Ce protocole fournit aux organisations des normes et des orientations pour mesurer et gérer les émissions responsables du réchauffement climatique. Il a été créé en 1998 dans le cadre d’un partenariat entre le World Resources Institute (WRI) et le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development, WBCSD).

Selon le Protocole des GES, la répartition des émissions se fait par champs d’application :

Le champ d’application 1 (scope 1) représente les émissions directes liées à la consommation de combustibles fossiles.

Le champ d’application 2 (scope 2) représente les émissions indirectes liées à la production d’électricité, de vapeur, de chauffage et de refroidissement achetés et consommés par l’entreprise déclarante.

Le champ d’application 3 (scope 3) comprend toutes les autres émissions indirectes qui se produisent dans la chaîne de valeur d’une entreprise (c’est-à-dire les biens ou services achetés, les voyages d’affaires, les déplacements des employés).

L’empreinte carbone de 2050Aujourd’hui prend en compte les émissions déclarées générées par les activités de l’institution sur une année et est divisée par catégories :

Énergie et eau

Elle prend en compte la quantité d’électricité consommée, produite et achetée par l’institution. L’énergie consommée pour chauffer et/ou refroidir les bâtiments de l’institution et l’eau consommée sont également incluses.

Mobilité

Elle prend en compte les voyages d’affaires et les déplacements domicile-travail (sur la base d’une enquête).

Alimentation

L’impact CO2 de l’alimentation comprend la restauration de l’institution et la consommation individuelle (sur la base d’une enquête) pendant les heures de travail.

Biens achetés

Le périmètre des biens achetés est fixé à une liste de nouveaux équipements de bureau, de nouveaux équipements de mobilité (véhicules) et de matériaux de construction.

Déchets

Le périmètre de l’inventaire des déchets est fixé à la production de déchets provenant des installations et des opérations internes de l’institution.
Il convient de noter que les données collectées par les membres de 2050Today pour chaque empreinte carbone ne sont pas encore totalement standardisées et pourraient ne pas être entièrement complètes. La collecte des données est progressivement harmonisée et améliorée. Par conséquent, les comparaisons directes entre les tCO2 / employé parmi les institutions – que ce soit en général ou par secteur – ne sont pas encore possibles ni pertinentes. Afin de garantir la fiabilité, la précision et la mise à jour régulière de l’évaluation de l’empreinte carbone, 2050Aujourd’hui est conseillé par un comité scientifique international de l’empreinte carbone.

Empreinte carbone